A propos de nous

Share Button

A mon avis, cette article ne va pas être le plus intéressant de ceux que je publie ici, mais, bon, si vous vous êtes donné la peine de visiter notre site, autant que vous sachiez à qui vous avez affaire !

Boulevard de Belleville à Paris

Alors voilà, nous sommes Keumeu et Jolatomate, deux passionnés de vélos depuis notre plus jeune âge. Je vais d’abord parler de moi, Keumeu prendra la relève quand il aura le temps !

J’ai eu mon premier vélo, j’avais environ 5 ans. Il était magnifique, couleur argent. Comme on habitait Paris à l’époque, j’ai appris à en faire sur le trottoir central du boulevard de Belleville. Je n’ai pas gardé les petites roues stabilisatrices très longtemps, qu’est-ce que j’ai pu faire courir mon père ! Avec ce petit vélo-là, je n’ai jamais eu de mercurochrome sur les genoux, je ne me suis jamais cassé la figure. Un bon point pour lui !

Ma cousine Martine en patinette et moi sur mon petit vélo « Silver ».

Mais c’est le vélo suivant que j’ai adoré, il était rouge ! Je l’ai gardé très longtemps. La dernière année, je devais avoir dans les 10 ou 11 ans. J’avais grandi trop vite, il était devenu trop petit pour moi. Ça a été un crève-coeur de m’en séparer. Maman l’a donné à mon cousin Bruno qui était bien plus jeune que moi. C’était un vélo de fille, il n’a pas dû l’aimer autant que moi je l’ai aimé. Tiens, faudra que je lui demande à l’occasion. S’il s’en souvient encore !

Voilà mon vélo rouge. Il était vraiment devenu trop petit pour moi !

Avec ce vélo-là par contre, qu’est-ce que j’ai pu me ramasser comme gamelles ! J’étais trop grande pour arpenter le trottoir central du boulevard de Belleville et mes parents trouvaient les rues de Paris trop dangereuses pour une enfant. Alors on l’a expédié à Quimper dans la maison de famille où on allait toujours passer nos vacances. Les garennes, les chemins caillouteux, les ronces qui vous arrachent les mollets, je ne me suis rien épargné. Je me souviens d’un gadin mémorable, avec ma cousine Brigitte sur le porte bagages on s’était pris un talus quasi de plein fouet ! On avait des bleus partout et des contusions multiples mais, stoïques, on n’a rien dit à nos parents. Trop peur qu’on nous interdise nos escapades !

A l’adolescence, je suis restée un bout de temps sans vélo. Ça me manquait mais je n’avais aucun ami cycliste et me balader toute seule ne m’attirait pas.

C’est bien plus tard que je me suis acheté mon Peugeot chez le « marchand de vélos » en bas de la rue de Paris à Palaiseau. Ce jour-là il n’avait aucun vélo rouge à ma taille alors j’en ai pris un orange. Et, quarante ans plus tard, je l’ai encore !

Et puis j’ai rencontré Keumeu, c’était le premier gars qui me plaise autant et en plus, il aimait le vélo ! Normal qu’on se soit mariés !

Lui, gamin, il habitait dans le 18ème, au pied de la Butte Montmartre. Avec son copain Eric, ils se faisaient les mollets à remonter les rues qui mènent à la Basilique et ils risquaient leur vies à les redescendre à toute pompe ! Ceux qui connaissent la topographie de ce quartier de Paris me comprennent !

Voilà, je lui laisse la place. Il continuera cette page s’il en a le temps… Il bosse beaucoup en ce moment !

Très amicalement, Jolatomate.

Share Button